Découvrez le FarmBot : Le robot qui cultive vos légumes

La startup californienne FarmBot Inc a conçu un robot qui fait pousser des légumes à votre place, et entretient votre potager nuit et jour.

Séduisant sur le papier

Pensé comme une immense imprimante 3D le FarmBot plante vos graines, les arrose et détruit les mauvaises herbes. Le système est piloté par un logiciel qui vous permet de programmer vos cultures, ou la quantité d’eau qui leur sera distribuée par exemple.

robot potager maraichage
Prototype d’un FarmBot équipé d’une station météo

Les concepteurs annoncent sur leur site farmbot.io qu’un seul robot (vendu près de 4000 dollars) peut satisfaire les besoins en légumes d’une personne pendant un an. Le FarmBot peut cultiver un bac de 1,5 mètre de largeur sur 3 mètres de longueur, soit une surface de 4,5 m². C’est à peine plus grand que 3 lits d’une place, et à moins d’acheter le complément ailleurs c’est tout bonnement impossible.

L’épreuve du réel

À y regarder de plus près, le robot ne réalise que la partie la plus facile de la production agricole : semer et arroser. Et une fois que les feuilles ont poussé, le système de destruction des mauvaises herbes est incapable de fonctionner.

De plus il ne prépare pas la terre, ne s’occupe pas des besoins nutritifs des plantes, ni des insectes, champignons et autres parasites. Et avec une telle concentration de feuillages, la prolifération de ces derniers est quasiment inévitable :

robot agricole farmbot
Des cultures aussi concentrées favorisent le développement de champignons et de parasites comme le Mildiou.

Impossible également de faire pousser des tomates, car elles ont besoin de hauts tuteurs pour s’élever. Autre exemple, les courgettes ont besoin de 90 cm² pour se développer : vous pourriez n’en planter que 3 dans votre FarmBot.

Vous l’aurez compris, cultiver des légumes pour satisfaire les besoins d’une personne pendant 1 an nécessite beaucoup plus que 4,5 m² d’espace, et le FarmBot tel qu’il est proposé ne peut pas sérieusement honorer cet argument… à moins que vous ne soyez définitivement carnivore !