Supatra Sasuphan : la fille la plus poilue du monde !

Visage poilu de Supatra Sasuphan

Supatra Sasuphan est atteinte d’hypertrichose, une maladie qui développe anormalement la pilosité faciale. Elle assume parfaitement bien sa singularité, et sa reconnaissance par le Guinness des Records « d’adolescente la plus poilue du monde » a propulsé sa popularité.

Syndrome d’Ambras

Syndrome d'Ambras et Hypertrichose de Petrus Gonsalvus
Petrus Gonsalvus en 1580

Supatra est une fillette de 15 ans qui vit à Bangkok en Thaïlande. Elle est atteinte du syndrome d’Ambras, un sous-type distinct d’hypertrichose universelle congénitale. C’est un dérèglement hormonal extrêmement rare qui se manifeste par une pilosité envahissante de tout ou partie du corps.

Les quelques cas recensés dans le passé sont très peu nombreux, et ils pourraient avoir inspiré le mythe du loup-garou. Petrus Gonsalvus (ci-contre) a été le premier cas documenté d’Europe.

Supatra Sasuphan mange dans la cantine de son école
« C’est parfois difficile de bien voir à cause la longueur. » Supatra Sasuphan

L’enfance de Supatra a été émaillée de complications diverses. À la naissance elle a dû se faire élargir les narines pour pouvoir respirer correctement, et ses dents ont un retard de croissance. Mais c’est sa pilosité faciale qui lui a valu le plus d’ennuis, ses camarades la traitant de « singe » ou de « loup-garou ». Et les tentatives d’épilation laser sont restées sans succès, le poil finissant toujours par repousser.

Le Guinness des Records a changé sa vie

En mars 2010 le Guinness des Records lui a accordé le titre d’adolescente la plus poilue du monde. La reconnaissance « officielle » de sa différence a changé le regard des autres et l’a rendue très populaire.

Supatra Sasuphan avec ses amies
« Obtenir ce record m’a aidé à avoir plus d’amies. » Supatra Sasuphan

Supatra pratique sans complexes les activités des jeunes filles de son âge. Elle adore regarder des cartoons, nager et danser avec ses amies. Elle affirme que sa pilosité ne l’empêche en rien de « vivre une vie normale ».

Supatra en classe de sport
« C’est comme ça que je suis, je n’y pense même pas ! » Supatra Sasuphan

Une de ses enseignantes a déclaré qu’elle était brillante, très douée et toujours heureuse. Supatra excelle particulièrement en mathématiques, et elle voudrait devenir médecin pour « aider les gens qui se blessent et les guérir ».