L’histoire folle du pilote aspiré hors du Vol 5390 de la British Airways

Pilote aspiré hors du vol 5390
Le copilote et le steward retenant le commandant éjecté hors de la cabine. (reconstitution)

En 1990, le commandant de bord Tim Lancaster a été éjecté hors de son cockpit à plus de 5000 mètres d’altitude. Cet incident extrêmement rare a failli lui coûter la vie, mais il a été sauvé grâce au courage de son copilote.

Que s’est-il passé à bord du Vol 5390 ?

L’avion BAC 1-11 assurant le vol 5390 de British Airways entre Birmingham et Malaga décolle à 7h20 le 10 juin 1990. Treize minutes plus tard, alors que l’appareil a atteint l’altitude de 5000 mètres, le pare-brise gauche du cockpit est arraché, provoquant une décompression explosive et un important nuage de condensation dans la cabine. La violence de l’incident aspire le commandant de bord à l’extérieur, retenu miraculeusement par ses pieds restés coincés dans les commandes de vol. Malheureusement, ils tirent ainsi le manche en position de piqué et l’avion commence à chuter. Le steward Nigel Ogden intervient et saisit le commandant par les jambes, pendant qu’un second dégage ses pieds des commandes.

Pilote éjecté hors de l'avion 5390 British Airways
Le commandant Tim Lancaster hors du cockpit (reconstitution)

Le cockpit est rempli de buée, brassé par des vents à plus de 500 km/h et commence à se vider de son oxygène. Les deux stewards et le copilote sont aveuglés, et le bruit les empêche de communiquer entre-eux ou d’utiliser leur radio. Le commandant de bord est toujours à l’extérieur, frappé contre la paroi de l’appareil et saisit par un air à -17°C. À ce moment tous sont convaincus qu’il est mort, mais le copilote ordonne à Ogden de continuer à le retenir par les jambes malgré une position inconfortable. En effet, l’épaule du steward est déboitée et il souffre déjà de gelures aux yeux et au visage.

L’appareil ayant perdu de la vitesse et de l’altitude, le copilote parvient enfin à communiquer avec les aiguilleurs qui lui proposent un atterrissage d’urgence sur l’aéroport de Southampton. Il réussit à poser l’appareil à 7h55, et les secours récupèrent le commandant inconscient, souffrant d’une grave hypothermie, de gelures, de contusions et de nombreuses fractures. Il reprendra miraculeusement conscience quelques temps plus tard.

Pare-brise d'avion arraché en plein vol
Le cockpit de l’avion BAC 1-11 à l’atterrissage sur l’aéroport de Southampton

Comment un tel incident a pu se produire ?

L’enquête menée par l’Air Accidents Investigation Branch a révélé que le pare-brise avait été remplacé quelques heures avant le décollage. Le technicien de maintenance a utilisé des vis de fixation plus fines et plus fragiles que la normale. Soumis à une forte pression de sa hiérarchie, il avait cherché à honorer sa mission dans les temps en faisant une simple comparaison visuelle entre les boulons, sans en vérifier les dimension dans le catalogue des pièces détachées.

Pilote Tim Lancaster à l'hôpital
Le commandant Tim Lancaster à l’hôpital de Southampton

Enfin, la direction de l’aéroport de Birmingham a également été blâmée pour ne pas avoir contrôlé le travail du chef de la maintenance. Le commandant Tim Lancaster a pu récupérer, et il a pu recommencer à piloter six mois après cet incident.

Pilotes du vol 5390
L’équipage miraculé du vol 5390 de la British Airways.

Le documentaire de Nigel Lévy :