Les mutations de la nature à Tchernobyl

Le biologiste Timothy Mousseau a étudié les effets de la radioactivité sur la faune et la flore de Tchernobyl en Ukraine et ses constatations sont édifiantes : il a retrouvé des mutations et des malformations dans les plantes, les animaux et les insectes.

Le réacteur de la centrale nucléaire de Tchernobyl a explosé le 26 avril 1986, projetant dans l’atmosphère des éléments d’une radioactivité 200 fois supérieure à celle des bombes lancées sur Hiroshima et Nagazaki en 1945. Une zone de 120.000 km² répartie sur l’Ukraine, la Biélorussie et la Russie a été contaminée par le césium 137, et les ONG estiment à 90.000 le nombre de décès dus à la catastrophe.

Les champignons

Dès l’automne 1986, lorsque les arbres ont perdu leurs feuilles, le césium 137 qu’elles contenaient s’est ajouté à la litière du sol sur laquelle poussent les champignons. Ces derniers ont la particularité de concentrer le césium grâce à leur métabolisme lent et à la longévité de leur mycélium, et sont ainsi les organismes les plus contaminés de la région.

Une des mutations de la nature à Tchernobyl
43 microsieverts par heure mesuré sur une amanite. Dr. Mousseau / NY Times

Les arbres

Sur des coupes récentes d’arbres dans la zone contaminée on constate une perturbation durable du développement des troncs. Ainsi les anneaux du bois arborent une couleur orangée anormale depuis l’année 1986.

Les mutations de la nature à Tchernobyl
Le cercle bordeau indique l’année 1986. Dr. Mousseau / NY Times

Les gendarmes

Les gendarmes sains arborent tous un motif similaire sur le dos, et certains facteurs génétiques peuvent parfois naturellement déformer ce motif. Les études de Timothy Mousseau montrent qu’à Tchernobyl le nombre d’anomalies constatées sur la distribution des points noirs est directement proportionnel au taux de radioactivité.

tchernobyl-gendarme
À droite un gendarme sain, à gauche un gendarme affecté par la radioactivité. Dr. Mousseau / NY Times
Mutations du gendarme
Aberrations génétiques des gendarmes de Tchernobyl. Mousseau / Moller

Les araignées

Mousseau a photographié des centaines de toiles d’araignées à Tchernobyl et à Fukushima. Beaucoup d’entre-elles sont normalement construites avec une distribution homogène des fils de soie, mais d’autres sont en revanche complètement anarchiques et montrent que certaines espèces d’araignées ont été plus affectées par le césium 137 que d’autres.

tchernobyl-toiles-araignees
Dr. Mousseau / NY Times

Les oiseaux

Les populations d’oiseaux de la zone contaminée ont diminué de 50% depuis la catastrophe, et il semble que certaines espèces supportent mieux la radioactivité que d’autres. Ces survivants ont développé des tumeurs et des anomalies physiques, comme des tâches dans la pigmentation des plumes et des becs déformés.

Mutations de la nature à Tchernobyl
Dr. Mousseau / NY Times

Le reportage du New York Times :

Le travail de Timothy Mousseau à Tchernobyl et à Fukushima a révélé que même si certaines espèces de plantes et d’animaux semblent résister à la radioactivité, d’autres n’ont pas réussi à s’adapter à ce changement brutal. Il affirme par ailleurs que la nature dans ces zones est finalement plus lente à s’adapter que ce que les scientifiques avaient prévu.