Pokémon GO pourrait augmenter notre espérance de vie de 2,8 millions d’années

Joueurs de Pokémon GO en marche
Des joueurs de Pokémon GO à Fullerton, aux États-Unis. Photo : iStock

Microsoft Research a analysé le comportement de 1500 joueurs de Pokémon GO, et les chiffres révèlent que l’application a un impact mesurable sur l’espérance de vie des américains, et des joueurs en général.

Pokémon GO est un jeu mobile dans lequel vous devez capturer des créatures en vous promenant dehors. Lorsque vous arrivez à proximité d’un pokémon, l’application vous le signale et vous propose de le capturer en réalité augmentée. Dès sa sortie en juillet 2016 le jeu a rencontré un énorme succès, et en 40 jours les joueurs avaient déjà marché l’équivalent de 12.000 fois la distance de la Terre à la Lune en jouant à l’application.

L’étude de Microsoft Research

Pokémon GO a un impact massif sur la santé publique

Pour réaliser cette étude, 1500 joueurs américains on été suivis pendant la période de juillet à août 2016. Les résultats révèlent que chaque joueur a réalisé en moyenne 7229 pas par jour, soit 13% de plus qu’un Américain moyen. En effet, la force de Pokémon GO est sa capacité à motiver les joueurs à sortir de chez eux pour marcher, afin de découvrir de nouvelles créatures ou de faire éclore leurs œufs.

Mieux encore, le jeu réussit à faire marcher des populations normalement peu intéressées par les activités physiques ou sportives. Comme le précise le chercheur en chef de l’étude Tim Althoff, 36% des joueurs choisis pour l’étude étaient en surpoids, et 28% d’entre-eux étaient obèses. Ces chiffres sont d’ailleurs représentatifs de la population américaine dans son ensemble.

Une joueuse de Pokémon GO capture un Krabby à Bern, en Suisse
Une joueuse de Pokémon GO capture un Krabby à Bern, en Suisse

Ainsi, Althoff estime que cette pratique de la marche par les 500 millions de joueurs de Pokémon GO dans le monde pourrait augmenter l’espérance de vie collective de 2,8 millions d’années. Le jeu a réussi là où les applications de fitness et de santé ont échoué : attirer des utilisateurs de tous âges, classes sociales ou conditions physiques.

Toutefois, l’étude précise que l’impact d’un tel phénomène sur la santé publique « est basée sur la supposition que Pokémon GO serait capable de maintenir des niveaux d’engagement élevés ». En d’autres termes, le jeu pourrait ne pas réussir à conserver assez de joueurs sur la durée pour en observer les bénéfices.

Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez consulter les dix pages de l’étude « L’influence de Pokémon GO sur l’activité physique » (en anglais).