NanoFlowcell Quant : La voiture du futur qui roule à l’eau de mer

voiture à l'eau de mer
La supercar Quant F de Nano Flowcell, fonctionnant à l'eau salée. Photo : Michaël Torregrossa

NanoFlowcell a présenté au Salon de l’Auto 2016 un véhicule futuriste et écologique qui fonctionne à l’eau salée, et possédant plus de 800 kilomètres d’autonomie.

Cette supercar de l’entreprise suisse NanoFlowcell a tout pour séduire. Sous sa carrosserie digne des plus belles voitures de sport se cache une technologie révolutionnaire, qui surpasse largement les capacités des habituels accumulateurs lithium-ion.

La belle propose 1090 ch distribués sur 4 moteurs électriques, positionnés au centre de chaque train. Elle passe de 0 à 100 km/h en 2,8 secondes et peut atteindre la vitesse de 380 km/h. Son autonomie annoncée est de 800 à 1000 kilomètres avec un plein, ce dernier étant peu coûteux et ne nécessitant que cinq minutes. Pour finir, ses accumulateurs peuvent stocker 120 kWh, soit cinq fois la capacité de la batterie de la Nissan Leaf et 40% de plus que celle des Tesla Model S.

Voiture à l'eau de mer
La Quant F de Nano Flowcell. Photo : Michaël Torregrossa

Accumulateurs Redox

La technologie qui propulse la Quant est une combinaison d’une pile à combustible et d’un accumulateur électrochimique. C’est la NASA qui avait développé ce concept dans les années 1970 pour alimenter des éléments d’engins spatiaux.

Concrètement comment ça marche ? La batterie possède deux réservoirs de 200 litres chacun, contenant des liquides ioniques chargés en sels métalliques (semblables à l’eau de mer). L’un est chargé en ions négatifs et l’autre en ions positifs. Lorsque ces deux fluides se rencontrent à travers une membrane semi-perméable, une réaction chimique se produit et génère de l’électricité. La puissance demandée par le conducteur est ensuite délivrée instantanément à travers des supercondensateurs qui font office de tampon.

fonctionnement des batteries redox à l'eau salée
Les deux fluides ioniques se rencontrent pour générer de l’électricité

Le constructeur avance que ses véhicules sont non-toxiques et non-polluants pour l’environnement, car le fluide consommée est transformée en particules d’eau inoffensives. Si vous voulez acquérir une Quant F il vous faudra débourser plus d’un million d’euros, mais Nano Flowcell a déjà développé un plus petit modèle moins onéreux, la Quantino. On vous laisse sur ces images du prototype en action tournées à Zurich :